La déco de Diane et Guy

Aujourd’hui,  après leur jour J, un post consacré à la déco du mariage de Diane et Guy. Tout était pensé dans le moindre détail toujours dans un but esthétique,poétique et de personnalisation. L’ensemble a été réalisé avec patience et créativité.
Comme je l’ai déjà expliqué dans cet article, les détails ne font pas l’essentiel d’un mariage. Mais quand tout est fait avec autant de soin et d’amour, que ces détails font sens par rapport à l’histoire des mariés, il est important de savoir les mettre en valeur et en avoir quelques souvenirs après toutes les heures passées dessus. 
Alors il faut admettre que Diane et Guy avaient de sérieux atouts: Un papa qui travaille divinement bien le bois, une maman qui s’occupe d’une droguerie (Droguerie du Cygne Strasbourg), un ami fleuriste (Green Fleuriste),… Et bien-sûr eux-mêmes sont des habitués des mariages, à l’aise avec le graphisme,… Bref, ces amoureux savaient ce qu’ils voulaient et se sont donnés les moyens de concrétiser leurs belles idées.
Je vous laisse apprécier la finesse de cette ambiance “rustique chic” au travers des belles images de Photography By Winter Une mini interview d’Elodie viendra conclure cet article !

image
image

image

image

image

image

image

CANON HEIN ?! Perso, j’ai passé ma journée et soirée à faire des “Oooh”, “Aaaaaah”.. et des “Mmmmmh” aussi !!

Pour terminer cette jolie parenthèse sur le blog, quelques mots d’Elodie de Photography By Winter :
Qu’est-ce qui te séduit dans l’exercice du reportage de mariage?
> J’aime la diversité et le challenge d’un reportage mariage. On passe du portrait à la photo de paysage en un clin d’oeil, on doit s’adapter à toutes sortes de lieux et de conditions.
 Et puis surtout, c’est un terrain idéal pour capter des moments d’émotion, des pleurs, des cris, des rires, tout y est ! J’aime aussi savoir que ce sont des photos qui vont compter, qui seront regardées par plusieurs générations, qu’elles ont une valeur tout à fait particulières.
De façon générale, qu’est-ce qui t’inspire, te motive?
> Je suis une grande nostalgique et pour moi, ce qui me pousse à faire des photos se tient vraiment dans le travail de mémoire. Chaque fois que je pars en reportage, je pense aux enfants, petits-enfants qui regarderont ces images, ce qu’ils penseront, ressentiront. 
On imagine toujours que les générations précédentes avaient une vie très différente de la nôtre et dans un certain sens, ce n’est pas faux. Mais à vrai dire, ce sont les circonstances, le contexte qui changent, les émotions, elles, restent intemporelles. J’ai envie que dans 100 ans, les personnes qui tomberont sur cette vieille boite pleine de photos puissent s’imaginer la vie d’aujourd’hui et voir qu’on aimait aussi fort, qu’on était pareil qu’eux, juste à une époque différente.
Je me dis aussi qu’on ne sait jamais ce que la vie nous réserve et que chaque photo est précieuse. Parfois, j’apprends que mes photos étaient les dernières de certaines personnes et ça me bouleverse. Tout cela me motive à me donner à 100%, à ressortir mon appareil à 2h du matin si nécessaire alors qu’il était déjà rangé et que j’ai des crampes partout. 
Quels souvenirs et impressions gardes-tu du mariage de G&D?
> C’était LA plus belle journée d’automne. Celle dont on rêve, celle qui atomise tous les mariages d’été. Les feuilles jaunes qui dansent et le soleil qui ne nous quitte pas d’une semelle. En vrac, je me souviens de l’émotion entre Diane et sa maman, la musique et les gens qui dansent pendant le cocktail, le discours du témoin qui était aussi émouvant que drôle et puis évidemment, Diane et Guy, qui s’aiment à l’infini. 
Et je me souviens aussi de toi Marie-Eva, dansant avec ton petit bébé dans les bras, le regard plein d’amour :)

(Coeur fondute de la blogueuse et larmichette inside à la lecture de ces mots… Edgar avait un tout petit mois. Merci Elodie, merci Diane et Guy pour ces moments d’émotions et tout ce beau à l’état pur !)

Un mariage en automne: Diane et Guy

Aujourd’hui, c’est non sans une certaine émotion et une certaine fierté que je viens partager un des plus beaux mariages auxquels j’ai pu assister. Tout était parfait: beaucoup d’émotions, une journée d’octobre ensoleillée, des couleurs automnales, des surprises, beaucoup de DIY, des prestataires qui déchirent,… Je pourrais encore énumérer beaucoup de choses. Diane et Guy sont beaux, tous les multiples détails étaient à tomber… Mais ce qui compte vraiment, c’était que la totalité de ce jour leur ressemblait: Du naturel, de la finesse, de la pudeur, de la générosité, de la créativité, de l’humour… Un jour comme on aimerait en revivre.

Les divines images (n’aillons pas peur des mots!) sont d’Elodie Winter… Photographe hyper talentueuse qui capte les gens d’une manière bien à elle.
Je laisse la parole aux mariés à présent…

Pour commencer, la rencontre:
Diane
: Une journée pas forcément comme les autres car tu viens de passer un après midi avec ta classe à interroger un ressortissant de la seconde guerre mondiale. Suite à cette expérience qui vient chambouler ta conception de la vie, plutôt que d’aller chouiner toute seule dans ton coin, tu décides d’aller refaire le monde autour d’un café avec ton «ispice» di «copine» Lili, à la brioche dorée. (avec une brioche ça passe toujours mieux). C’est là que depuis la fenêtre du salon de thé tu aperçois ton cousin entrer dans le snack d’à côté. Tu t’empresses de sortir et de lui sauter au coup pour lui dire salut, tout en ayant remarqué du coin de l’oeil les deux beaux gars qui attendent devant (j’avoue surtout le brun ténébreux et, je précise que c’est pas du tout mon genre de regarder les mecs dans la rue). En ressortant avec son sandwich ou ses frites ton cousin te présente ces deux potes Nico et… GUY.  ( :-D )  Tu retournes rejoindre ton amie à côté, mais là, la discussion prend une toute autre tournure…

Guy: Un jour comme un autre, tu te promènes tranquillement dans Strasbourg avec tes deux acolytes, tu attends sagement que l’un d’eux s’achète un sandwich (ou une barquette de frites peu importe) devant un snack de la rue des arcades, et là, BIIIIIIM!!! Tu vois passer une fille extrêmement agréable visuellement parlant (un canon quoi, confirmé par le petit sourire et le hochement de tête du pote à côté) qui rentre dans le snack. Comme tu continues de la suivre du regard, mais que la visibilité n’est possible qu’au niveau des pieds, tu te rends compte que la belle brune se rapproche (bien trop près) du dit pote au sandwich/frites, et tu te dis que ce dernier était un sacré traî…. cachotier! Après une petite attente, qui laisse à ton imagination le temps de se poser tout un tas de questions, le pote au sandwich/frites te présente enfin… SA COUSINE… DIANE ( :-D ). 

La demande en mariage:
Très romantique sur un pont d’Amsterdam et attention en light painting s’il vous plaît. C’est à dire que je m’appliquais à prendre la photo en pose longue que Guy m’a demandé de faire de lui entrain d’écrire dans l’espace avec une lampe de poche (sortie de je ne sais où), et en regardant de plus près le résultat sur l’écran LCD sont alors apparus les mots « Pour la vie ? » 

Les préparatifs:
A notre retour d’Amsterdam, nous nous sommes d’abord pacsés (ne cherchez pas à comprendre). Le jour du pacs nous avons décidé de la date de notre mariage et nous sommes allés faire dans la foulée nos photos pour notre Save the date (à revoir ici), afin d’annoncer la nouvelle à nos proches d’une façon originale et qui nous corresponde.

image

(crédit photo: G&Dgraphy)

C’est alors qu’a commencé la prospection des prestataires. Bizarrement, notre priorité a été de contacter Elodie Winter en croisant les doigts pour qu’elle soit encore disponible à la date que nous avions arrêtée (nous aurions été capables de changer la date d’une semaine pour l’avoir à nos côtés !). Et Elodie a exaucé nos vœux en nous répondant positivement. Nous avions donc la photographe de nos rêves pour le D-DAY… et une date confirmée !

Ensuite, étant donné que nous avions décidé de passer par l’église, notre seconde démarche fût de contacter l’officiant qui nous avait totalement conquis sur deux mariages que nous avions eu le plaisir de couvrir, par son message chargé de compassion, d’ouverture, de sincérité, de tolérance et de modernité. Mais, connaissant sa notoriété et son emploi du temps chargé, nous étions très inquiets de sa réponse… Quelle n’a pas été notre exultation quand il nous a répondu qu’il était disponible et prêt à se déplacer pour nous (car oui, nous avions une bonne idée de l’église dans laquelle nous désirions nous marier, et le responsable de la paroisse concernée a tout de suite adhéré à notre projet). Ça a du bon de se marier en octobre !!! Il nous a laissé énormément de liberté (groupe de musique Rock/Folk, « Nothing Else Matters » de Metallica à l’orgue pour l’ouverture, …) dans l’organisation de notre cérémonie religieuse tout en nous accompagnant et en  nous aidant dans notre démarche (qui n’a pas été un long fleuve tranquille, n’étant pas de la même confession chrétienne, et les vieilles et désuètes animosités protestant/catholique ayant la vie dure à notre grande surprise…)

Notre fil conducteur pour la décoration et le style : Photo-Rustique-Chic , ainsi que des petits clin d’œil à nos métiers respectifs (droguiste & professeur des écoles).

En ce qui concerne les lieux, ils se sont imposés d’eux même, une sorte de grange (kilb pour les intimes) sur les hauteurs du village d’enfance de Guy, avec une vue imprenable sur la vallée de Munster,pour l’apéritif (donc bien rustique) et une belle et chic salle communale (fait assez rare pour être relevé), très pratique et complète dans le même village pour la soirée. Au début, nous avons tout fait pour éviter cette salle, car nous nous projetions dans un lieu plus rustique, ayant plus de caractère, comme les caves d’une ancienne brasserie ou une ferme auberge, mais les problèmes techniques se sont vite révélés. Après avoir mis dans la balance les différentes dimensions « confort des invités » / « photogénie » / « praticité » / « coût »/ « Acoustique ». l’Espace Belle Epoque s’est imposé à nous comme une évidence (il y avait tout sur place, superbes cuisines, tables, chaises, verres, bar, couverts…) et à nous d’y amener le côté rustique avec notre décoration. Opération réussie, nous ne regrettons absolument pas ce choix.

Pour les fleurs, là encore, le choix a été vite fait: Green fleuriste à Strasbourg est  un ami, mais surtout un artisan de talent. Il a pris le temps d’écouter nos souhaits (extravagants), a su nous guider pour rendre la chose réalisable et a travaillé comme un fou la veille du mariage avec des petites mains pour l’aider. Le résultat a largement dépassé nos espérances. (J’ai juste cru qu’il allait me trucider quand je lui ai dit que je voulais absolument des renoncules au mois d’octobre ! )

Pour nos tenues : Guy est allé chez un tailleur sur mesure, Xavier Hédoire, qui à su s ‘adapter à sa demande et le conseiller. Et puis entre nœud pap et cravate, pourquoi pas les deux !

Pour moi ce fût plus compliqué. J’avais tout d’abord flashé sur une robe de Jennifer Regan (merci mme OUI OUI, l’article ici), A savoir que Jennifer Regan est une créatrice australienne et qu’on ne trouve nulle part ses créations en France.  Du coup je me suis quand même renseignée, et en gros j’ai failli faire venir une robe d’Australie modèle d’expo à -50% que j’aurais du faire ajuster sans avoir essayé aucune robe de mariée. Je ne sais pas si je dois remercier les douanes de m’en avoir dissuadé (frais de douane estimés à 600€). Après cette parenthèse australienne, je suis allée sur Paris avec mes témouines et ma maman pour jouer à Pretty Woman chez Metal Flaque et Maria Louisa Mariage. Nous avons été très bien accueillies, avec comme cerise sur le cake l’invitation à un défilé de robe de mariée au Printemps, avec champ’, petits fours Le Notre et mise en beauté Yves Saint Laurent). Je n’avais toujours pas eu de réel coup de cœur mais je commençais à savoir ce qui pouvait m’aller ou non et la créatrice Delphine Manivet me trottait dans la tête suite aux essayages chez Maria Louisa. Encore une sympathique rencontre avec Rime Arodaky  à la Love etc le même week-end,  mais hélas les délais étaient déjà trop serrés (9 mois avant).

Un mois après c’est juste avec ma maman que nous sommes retournées sur Paris avec 2 rendez vous, un chez Rosa Clara puis dans la même journée chez Delphine Manivet. Quand je suis sortie de la cabine de cette dernière et que j’ai vu la tête de ma maman j’ai tout de suite compris,  d’autant plus que je me sentais déjà très bien avant même de m’être vue dans le miroir. Et le miroir (Oh beau miroir) est venu confirmer cette impression… Delphine Manivet est une fée.

Il y a toujours des hauts et des bas dans les préparatifs, comme par exemple ne pas avoir de DJ un mois avant le mariage. Nous avons donc pris le taureau par les cornes, avons écumé les bars de Strasbourg à la recherche d’un DJ résidant, et avons fini par trouver là encore une perle.

Nous avons également changé 3 fois de plat principal pour le repas du soir jusqu’ à 2 semaines du jour J (l’équipe de la ferme auberge que nous avons délocalisée dans la salle a été formidable).

Nous avons également eu la chance d’être très bien entourés par nos témoins, nos amis, notre famille et par des prestataires hors pair qui ont contribué à rendre cette journée inoubliable et à notre image.

Les impressions du jour J:

Le jour J tout file à la vitesse de la lumière… et tous les rêves d’une année de préparation se concrétisent enfin, et le résultat a même surpassé nos espérances.

image

image

image

Voilà nos moments forts, mémorables :

  • Des préparatifs tout en intimité chez une amie des parents de Guy (son ancienne nounou !), puis l’émotion de se découvrir dans le magnifique jardin d’Anne Joëlle, petit moment rien qu’à nous juste avant notre folle journée.
  • Le moment de complicité durant lequel je maquille ma maman, puis me pomponne à mon tour dans les loges de la salle.

image

  • Les invités, tous plus magnifiques les uns que les autres, nous accueillant tout sourires et les larmes aux yeux devant la mairie.
  • La cérémonie civile orchestrée par le papa de Guy et le discours captivant et touchant de sa petite sœur (Guy a été pris d’une conjonctivite aigüe et soudaine à ce moment là !).

image

image

  • L’entrée dans la lumineuse église de l’Emm, dans laquelle le morceau « Nothing else matter » (Metallica) parfaitement joué à l’orgue faisait résonner les fondations et rentrait au plus profond de nos tripes, chair de poule assurée ! (Qu’est-ce qu’on aimerait revivre ce moment-là).
  • Durant la célébration : Le message moderne et personnalisé lors de l’Homélie de notre prêtre aux converses roses (ce qui a marqué tout le monde), le morceau de flûte traversière réunissant  des proches qui ont ressorti les flûtes (parfois poussiéreuses) pour l’occasion, l’échange de nos consentements, et les morceaux «  Sea of love » (Cat Power), « You’ve got the love » (Florence and The Machine) interprétés par nos talentueux amis Maeva et Sacha du groupe Jockers, ainsi que « Home » (Edward Sharpe and the Magnetic Zeros) pour accompagner la sortie.

image

image

image

  • Mesurer la chance d’avoir trouvé une Dyane6 pour nous conduire à l’apéritif et d’avoir encore plus de chance de pouvoir la décapoter par ce temps quasi estival en plein mois d’octobre.
  • L’ambiance générale inoubliable de l’apéritif, voir le candy bar se faire dévaliser, voir les gens rire et discuter autour du bar à S’mores, voir les invités se resservir en flammekueche, kougelhofs salés, et en cocktails (ils ont eu le retour de manivelle un peu plus tard), voir les gens s’amuser devant le photobooth, pouvoir danser lorsque les Alix’r ont mis le feu sur le dancefloor.
  • Ne pas avoir besoin de mettre en route les chauffages loués pour l’occasion.

image

image

  • Notre petit moment photo rien qu’à nous avec Elodie.
  • Quitter l’apéritif sous une haie de Sternspritz (pour les non alsaciens= cierges magiques) en nous disant « déjà fini ? ».
  • Entrer dans la salle avec la douce musique du groupe de jazz « Open night », donnant une ambiance cosy et chaleureuse et voir les visages de nos invités découvrir le lieu et la décoration de la suite des festivités.

    image

  • Le discours d’accueil de Guy.
  • Le discours du cousin de Diane et témoin de Guy. (rires/larmes/rires/larmes… Bref grosse émocheune !!)
  • Le magnifique diaporama court métrage poétique et automnal de Vincent le témoin de Guy.

    image
  • Le jeu question/réponse Jungle speed avec des questions sur nous mais où les invités pouvaient participer.
  • L’incroyable pièce montée réalisée par la mamie de Guy (79 ans, R E S P E C T) et tous les desserts plus appétissants les uns que les autres pâtisser par les invités.
  • Et pour finir en beauté, une flash mob sur « Get Lucky » orchestrée par les témouines, avec un Sébastien Patoche plus vrai que le vrai (on est encore persuadé que c’était lui), des Sardines frétillantes, la famille, les amis et les Daft Punk !!!!

image

image

Si quelque choses était à refaire :

  • Pas grand chose en somme, des petits détails qui n’entachent en rien le jour J, comme par exemple ajouter un spot au niveau du photobooth pour que les polaroïds puissent être mieux utilisés et……euh… ben je crois que c’est tout ! (Un comble pour des photographes) !

Nous avons surtout eu la chance d’être très bien entourés, aussi bien par la famille, les amis que les prestataires et d’avoir gagné la coordination de notre jour J par Béatrice & Julien de l’agence Mymoon. Toutes ces personnes nous ont permis de réaliser le mariage de nos rêves, mais en mieux.

image

image

Liste des prestataires :

Photographe : Photography by Winter

Fleuriste : GREEN fleuriste Strasbourg

Coiffeur : REBERT coiffure Munster (Sandra)

Apéritif : Pâtisserie GILG munster

Repas : Ferme Auberge du BUCHWALD

Tartes flambées : NEO EVENT Mulbach

Coordinateur du jour J : Agence MYMOON

Robe : Delphine MANIVET

Costume : Xavier HEDOIRE

Chaussures mariée: Dessine-moi un soulier

Bijoux : VANRYCKE

Alliances : ROELLY Sélestat

Guirlandes fanions: Madame Délirose

[Merci à vous les chéris de m’avoir fait une des plus jolies demandes de ma vie… Etre votre témoin de mariage fut un honneur. Love sur vous.]

A demain pour la partie déco et quelques mots sur Elodie de Photography By Winter.

Source et Boutique: Etsy, Cherrytime
Une idée sympatique pour une mariée qui n’a pas envie de fleurs naturelles… Un bouquet de cœurs crochetés!
Si vous suivez la wedosphère française, vous avez certainement vu le sublime bouquet en coeurs de feutrine de la wonder Cécile With A Love Like That…Voilà une variante sympathique avec il faut le dire, une gamme colorée pastel trop meugnonne!A noter que l’on peut en distribuer en sortie de cérémonie pour une haie d’honneur un brin magique, comme des baguettes secouées au dessus des mariés!Si Etsy, les risques de frais de douane toussa toussa vous rebutent, je connais une serial crocheteuse qui a le talent pour réaliser ce genre de prestation: Audrey de And The Love. Je vous recommande d’aller jeter un oeil par exemple à ses petits pots façon succulentes et cactus en crochet! J’adore :-)Je consacrerai un article à cette Fée Crochète bientôt d’ailleurs…

Source et Boutique: Etsy, Cherrytime

Une idée sympatique pour une mariée qui n’a pas envie de fleurs naturelles… Un bouquet de cœurs crochetés!

Si vous suivez la wedosphère française, vous avez certainement vu le sublime bouquet en coeurs de feutrine de la wonder Cécile With A Love Like That
Voilà une variante sympathique avec il faut le dire, une gamme colorée pastel trop meugnonne!
A noter que l’on peut en distribuer en sortie de cérémonie pour une haie d’honneur un brin magique, comme des baguettes secouées au dessus des mariés!
Si Etsy, les risques de frais de douane toussa toussa vous rebutent, je connais une serial crocheteuse qui a le talent pour réaliser ce genre de prestation: Audrey de And The Love. Je vous recommande d’aller jeter un oeil par exemple à ses petits pots façon succulentes et cactus en crochet! J’adore :-)
Je consacrerai un article à cette Fée Crochète bientôt d’ailleurs…

(Source : etsy.com, via handmadepride)

Joujoux Vintage #1

Aujourd’hui petite sélection plein de couleurs et de nostalgie: Des jouets Fisher Price vintage chinés aux Emmaüs les derniers mois! Ceux-ci sont des années 70… Et ils n’ont pris une ride! Edgar kiffe et je pense qu’ils serviront encore bien longtemps. Bref pour une dizaine d’euros, des heures de jeu!.. La seule contrainte étant les lavages et désinfections avant l’utilisation… Mais j’avoue que j’adore quand ces vieux objets prennent une nouvelle vie, que les couleurs se mettent à briller une fois la poussière enlevée!

Voilà pour la première sélection de jeux vintage… Et ce n’est pas fini!! Je prends beaucoup de plaisir à chiner ces objets.

Et vous, vous avez déniché des vieux joujoux? Quelles sont vos dernières trouvailles? Dites-moi tout!

Source: Polkadotbride / Photo:  John Benavente / Fleurs: Always Flowers Kiama
Coup de cœur pour ce bouquet glamour, aux déclinaisons de rouges intenses et vibrants. Parfait pour une mariée rock ou une mariée ayant envie de touches de rouge… On peut faire comme la belle mariée de ce reportage et assortir son rouge à lèvres en osant un audacieux rubis… Glamour à souhait!

Source: Polkadotbride / Photo:  John Benavente / Fleurs: Always Flowers Kiama

Coup de cœur pour ce bouquet glamour, aux déclinaisons de rouges intenses et vibrants. Parfait pour une mariée rock ou une mariée ayant envie de touches de rouge… On peut faire comme la belle mariée de ce reportage et assortir son rouge à lèvres en osant un audacieux rubis… Glamour à souhait!

(via hallelujahweddings)

Art et mariage

Aujourd’hui, je vous propose quelques inspirations de mise en beauté au travers d’oeuvres d’artistes de toutes époques… Je trouve toutes ces femmes émouvantes, séduisantes, poétiques et intemporelles!

Autre inspiration artistique, la très célèbre et touchante oeuvre de Klimt, Le Baiser (1809). Pourquoi ne pas proposer un remake de cette peinture lors de ses photos de couple?


Custo chouette maisonnette

Alors aujourd’hui on personnalise un produit tout bête et pas cher: Des maisonnettes achetées il y a peu chez Gifi. L’idée de génie, je veux pas me vanter les gars mais elle vient plutôt de moi! On est d’accord les maisonnettes de chez Bloomingville, elles sont canons. Mais mon banquier me susurre à l’oreille que je me fous un peu trop de sa gueule. Alors merci Gifi… Ça évite aussi de se coltiner la découpe du contreplaqué à la scie sauteuse et le collage. Bref, pour environ 10 euros, on ne pouvait pas réclamer la perfection… Dans les finitions, ce n’est pas extraordinaire. C’est pour ça que j’ai dégainé peinture, papier, colle et ciseaux pour rendre le tout plus joli et personnalisé.

Suivez le guide en images, c’est archi simple!

Un peu de maths d’abord si tu es motivé… Si tu es vraiment allergique aux chiffres et à la règle (feignasse), il te reste la technique du “foulage”. Tu poses une grande feuille sur la surface et avec l’ongle tu fais ressortir les arrêtes. Une ligne se forme, tu n’as plus qu’à découper dessus. Le papier à motifs vient de mon magasin préféré de toute ma vie à Strasbourg: Mémé en Autriche. C’est une feuille format poster.

Ensuite, on dégaine la peinture. Je n’ai pas d’action dans la gamme Déco de Lefranc et Bourgeois… mais je dois avouer que c’est top niveau texture et couvrance. En 3 couches fines, c’était nickel. On pense à protéger la tranche avec de l’adhésif si on a envie comme moi de garder une partie boisée visible.

Yapluka coller le papier au fond de la maisonnette. On essaye de faire ça proprement, sans bavure. Bref, on ne met pas un gros pâté de colle pile au bord du papier. On laisse une marge et quelques points suffisent.
Addiction oblige, j’ai ajouté du masking tape fin pour redonner une touche graphique. Ils sont des les couleurs dominantes de la chambre d’Edgar… Oui, je suis pas mal obsédée par l’harmonie des couleurs.

Tadaaaam ! Avec la pomme Fisher Price seventies qui fait gling gling et le lapinou veilleuse.

Du coup je ne me suis pas limitée à ces deux maisonnettes… J’ai appliqué le même principe à une maison à miniatures chinée pour même pas un euro chez Emmaüs. L’objectif était de donner une nouvelle dimension à cet objet qui peut paraître un peu vieillot voire kitschounet.
Comme pour les maisonnettes, j’ai laissé apparaître le bois à divers endroits. Et si on bave sur la tranche comme moi avec la peinture, soit on ponce un pti coup, soit on colle du masking tape! Feignasse certes… mais feignasse avec des idées.
J’ai aussi ajouté quelques stickers mignons.
Du coup les minis figurines Fisher Price vintage d’Edgar et autres bricoles ont une place de choix. 

Envies d’été

Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas fait une sélection web de jolies choses… J’ai pris pour thème l’été. Du frais, fun, acidulé, néon et fruity! Petite dominante de jaune car il s’agit incontestablement de la couleur de cet été 2014… Et bien-sûr de l’ananas. D’ailleurs, pour revoir mes bricolages ananas, c’est par ici.

image

1. Boîte Pantone Jaune, Made in design.

2. Papier peint à pois façon aquarelle, Papier peint direct.

3. Boisson Arizona, Bienmanger (J’ai vu de jolies bouteilles de cette marque détournées en vase d’ailleurs!)

4. Suspension origami tie and die chez Smallable

5. Vase banc et néon, La tête au cube.

6. Chapeau paille et néon IKKS chez CDiscount (soldé!)

7. Le nain de jardin farceur de Ottmar Hörl chez Art Goodies.

8. Fauteuil intérieur ou extérieur scoubidou, Mobilier Scoubidou.

9. Guirlande papier découpé Cordel mexicain, Save The Deco.

image

1. Sandales ethniques à pompons, Asos. (soldées!)

2. Bombonne à citronnades, Occasion du mariage.

3. Guirlande multicolore à énergie solaire, Decoclico. (soldée!)

4. Coussin jaune impression ananas, Laurette.

5. Bracelets brésiliens, Hipanema.

6. Planche à découper pastèque, CDiscount.

7. Cactus en crochet, Elementos Argentinos.

8. Robe été ananas, Asos (soldée!)

9. Vernis OPI néon, Asos.